Soins dentaires : quelle mutuelle choisir ?

Les soins dentaires sont souvent très coûteux, et malheureusement ils sont aussi très mal remboursés par la Sécurité sociale. De ce fait, les Français sont nombreux à ne se faire soigner qu’en cas d’urgence ou de douleurs, et attendre le pire n’est évidemment jamais conseillé. Opter pour une bonne mutuelle dentaire n’est donc absolument pas un luxe, notamment si nos problèmes de dent sont récurrents. Elle nous permettra un remboursement maximum de nos frais sur ce poste de santé, qui est effectivement primordial pour de nombreux assurés.

Je vous explique donc ici comment y voir plus clair parmi les offres toujours plus nombreuses sur le marché de la complémentaire santé, ainsi que les points clés sur lesquels vous devrez vous pencher au moment de faire votre choix.

choisir complementaire sante pas cher

La part remboursée par la sécurité sociale

Les soins dentaires conservateurs sont tous remboursés par le régime obligatoire de la Sécurité sociale à hauteur de 70 %. Bien évidemment, tout comme les docteurs, les dentistes sont libres d’appliquer des dépassements d’honoraires, aussi bien sur les consultations que sur les soins. Voici donc quelques exemples de soins remboursés au tarif conventionnel, hors dépassements d’honoraires :

  • Détartrage : 28,98€ – 70 % soit 20,24€ remboursés par la Sécurité sociale et un reste à charge de 8,68€
  • Traitement d’une carie, une face : 16,87€ – 70 % soit 11,80€ remboursés par la Sécurité sociale et un reste à charge de 5,07€
  • Traitement d’une carie, deux faces : 28,92€ – 70 % soit 20,24€ remboursés par la sécurité sociale et un reste à charge de 8,68€
  • Dévitalisation d’une incisive ou d’une canine : 33,74€ – 70 % soit 23,61€ remboursés par la sécurité sociale et un reste à charge de 10,13€
  • Dévitalisation d’une prémolaire : 48,20€ – 70 % soit 33,74€ remboursés par la Sécurité sociale et un reste à charge de 14,46€
  • Dévitalisation d’une molaire : 81,94€ – 70 % soit 57,35€ remboursés par la Sécurité sociale et un reste à charge de 24,59€
  • Extraction d’un dent : 33,44€ – 70 % soit 23,40€ remboursés par la Sécurité sociale et un reste à charge de 10,04€

Les dépassements d’honoraires

Le chirurgien-dentiste est autorisé à augmenter les tarifs conventionnels s’il dispose d’un « droit permanent » à dépassement d’honoraires, mais également si vous désirez être soigné dans des conditions particulières (par exemple en dehors des horaires habituels du cabinet).

Dans ce cas, la Sécurité sociale ne prend à sa charge que le remboursement à hauteur du tarif conventionné. Toute la tarification supérieure est à votre charge, ou si vous disposez d’une bonne mutuelle, à la charge de cette dernière. Quoi qu’il en soit, n’importe quel professionnel de la santé doit établir un devis avant de débuter les soins, et vous serez donc libre d’accepter ou pas les conditions.

Le remboursement des soins dentaires courants par la complémentaire santé

Le remboursement de la mutuelle concerne donc la différence entre le tarif facturé par votre dentiste, et le montant du remboursement de la Sécurité sociale. Généralement, une mutuelle prendra en charge entre 60 % et 100 % du tarif conventionné. On peut donc trouver facilement une complémentaire santé qui va nous couvrir entièrement et il n’y aura finalement aucun reste à charge pour les soins courants chez le dentiste, même avec une mutuelle basique.

Ensuite, plus vous souscrirez à une mutuelle haut de gamme, et plus les dépassements d’honoraires seront pris en charge. Vous serez alors remboursé à 150, 200 ou même 400 % du tarif conventionné. C’est le même système que l’on retrouve sur les mutuelles optiques et c’est également le cas pour l’hospitalisation ou même les consultations chez les spécialistes.

Les prothèses dentaires

Contrairement aux soins courants, les prothèses dentaires ne sont soumises à aucune limitation concernant la tarification. Le prix est donc libre, et surtout très souvent élevé. Un devis vous sera obligatoirement fourni. Ce dernier doit contenir plusieurs informations indispensables, dont la description du traitement, le type de matériau utilisé, mais également la somme que vous remboursera l’assurance maladie. Il faut aussi distinguer clairement le coût du traitement, avec les honoraires du dentiste, de celui de la prothèse.

La Sécurité sociale va assumer une partie du remboursement d’une prothèse dentaire, à condition que cette dernière soit dans la liste des actes et prestations remboursables. Soyez vigilant car certaines prothèses ne sont pas remboursées du tout. Voici en tout cas le tarif de convention pour les prestations prises en charge par le régime obligatoire :

  • Une couronne est remboursée à 70 % du tarif conventionné de 107,50€ soit à hauteur de 75,25€
  • Un Inlay-core simple ou à clavette est remboursé à 70 % du tarif conventionné de 122,55€ pour le simple et 144,05€ pour la prothèse à clavette, soit à hauteur de 85,78€ pour le premier et 100,73€ pour le second.
  • Les bridges sont remboursés à 70 % du tarif conventionné de 279,50€ soit à hauteur de 195,65€
  • Les appareils dentaires sont remboursés à 70 % du tarif conventionné de 64,50€ pour un partiel ou 182,50€ pour un complet, soit à hauteur de 45,15€ pour un dentier partiel ou 127,75€ pour un complet

À la vue de ces taux de remboursement, on peut se dire qu’une complémentaire santé n’est pas obligatoire, toutefois les tarifs conventionnés sont réellement très différents des prix réels, et le reste à charge si on ne possède pas de mutuelle, est alors très élevé.

Une couronne peut par exemple coûter 600€. Elle restera cependant remboursée par la Sécurité sociale à 75,25€. Sans une mutuelle dentaire digne de ce nom, le reste à charge est donc de 524,75€. Avec une mutuelle basique qui va simplement compléter le tarif conventionnel, la mutuelle rembourse 32,25€ de plus, mais là encore le reste à charge sera important avec 492,50€. Il faudra alors une mutuelle très haut de gamme remboursant à 400 % avec un forfait d’environ 200€ par couronne pour ne rien dépenser du tout.

Évidemment, une telle mutuelle coûte forcément relativement cher, et les assureurs se protègent des opportunistes. En effet, le remboursement des prothèses dentaires sera souvent conditionné par un plafond ou un délai de carence. Ainsi, la première année vous ne pourrez pas effectuer une opération trop importante financièrement, et il faudra cotiser plusieurs années pour espérer un remboursement à la hauteur de vos attentes.

Les implants dentaires

Cela consiste à intégrer une vis médicale dans la mandibule ou le maxillaire, qui servira de socle à une future prothèse. Il s’agit donc d’une prestation purement esthétique, et elle n’est pas absolument pas prise en charge par la Sécurité sociale. Le tarif moyen d’un implant est de 1 500€ à l’unité, ce qui le rend souvent inaccessible pour la plupart des patients. Seule une bonne mutuelle santé va alors nous permettre de réduire considérablement le coût. Il s’agira généralement d’un forfait, pouvant aller de 200 à 1000€ par implant selon le niveau de garantie choisi.

Les facettes dentaires sont dans la même situation. Il s’agit d’un acte esthétique, et il n’y a donc aucune prise en charge du régime obligatoire. Cependant, on trouve désormais certaines mutuelles qui en remboursent une partie. C’est une manière d’attirer de nouveaux clients et de se démarquer de la concurrence.

Le remboursement de l’orthodontie

La Sécurité sociale assure dans certains cas une partie des soins d’orthodontie. C’est le cas si le patient est âgé de moins de 16 ans au début du traitement. Le remboursement est toujours soumis à l’accord préalable de votre caisse d’assurance maladie. La demande se fait en compagnie de l’orthodontiste, et c’est un chirurgien-dentiste conseil de la caisse dont vous êtes dépendant qui donnera sa réponse. Il faut compter environ 15 jours pour savoir si oui ou non on aura droit à un remboursement.

Les remboursements de la Sécurité sociale se font à hauteur de 70 voir 100 % dans certains cas du tarif conventionné. La demande se fait en compagnie de l’orthodontiste, et c’est un chirurgien-dentiste conseil de la caisse dont vous êtes dépendant qui donnera sa réponse. Le reste à charge est donc généralement important.

Un seul semestre est généralement facturé entre 600 et 1200€, et la Sécurité sociale ne rembourse que 100 % du tarif conventionné, soit 193,50€. On est donc bien loin du compte. Certaines mutuelles vont donc vous permettre des remboursements plus corrects. Il faut chercher un taux d’environ 300 % de la base de remboursement pour espérer une bonne couverture. Certaines mutuelles fonctionne par forfait, avec par exemple jusqu’à 500€ de remboursement par semestre.

L’orthodontie pour les adultes n’est jamais remboursée, toutefois les mutuelles proposent leurs services toujours avec les mêmes conditions notées si dessus. Si vous avez dans l’idée de faire replacer vos dents à l’aide d’un orthodontiste dans les années à venir, alors prenez bien soin de vérifier les taux de remboursement de votre mutuelle sur ce point précis.

Quelques travaux supplémentaires

La parodontie, l’endodontie ou encore la pose de prothèses provisoires ne sont absolument pas pris en charge par la Sécurité sociale. Certaines mutuelles se démarquent en proposant des forfaits pour ce type de travaux. Généralement, vous aurez toujours un reste à charge assez important, mais vous pourriez tout de même gagner quelques centaines d’euros, ce qui n’est forcément pas négligeable.

Se faire soigner les dents à l’étranger

Avec des honoraires trop élevés, les dentistes français sont parfois devenus trop chers pour une partie des Français. Certains partent donc à l’étranger, que ce soit en Hongrie, en Tunisie ou encore en Thaïlande afin de réaliser des économies, notamment sur la pose de couronne et plus sûrement d’implants dentaires.

Il faut donc savoir que vous serez remboursé par la Sécurité sociale et par votre mutuelle, seulement si vous restez dans l’espace économique européen. Les assureurs tout comme le régime obligatoire, reconnaissent en effet les soins faits partout en Europe. Bien évidemment, les facettes ou les implants ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale, que vous soyez en France ou ailleurs en Europe, mais en revanche votre mutuelle vous couvrira de la même façon que vous soyez dans l’hexagone ou dans un pays membre de l’UE. Soyez tout de même vigilant, puisque ce n’est pas le cas de toutes les complémentaires santé. Toutefois, l’immense majorité prévoit le remboursement des soins à l’étranger.

En conclusion

Le choix d’une bonne mutuelle est réellement primordial lorsqu’on prévoit des soins dentaires importants dans le futur, ou bien lorsqu’on a régulièrement des problèmes de dentition. Il faut donc se poser les bonnes questions, s’assurer des soins pris en charge, du niveau de garantie, et bien sûr du prix de l’adhésion. Certaines mutuelles sont très chères, et finalement en 2 ans, vous pourriez vous payer un implant en économisant une garantie trop importante pour le dentaire.

C’est un domaine assez complexe et les offres ne sont pas toujours parfaitement claires. N’hésitez donc pas à réaliser un maximum de devis et à prendre le temps de bien lire les garanties complètes des mutuelles en question. Il faut réellement prendre son temps et ne pas se presser, afin de choisir en toute connaissance de cause la complémentaire santé qui vous permettra de faire un maximum d’économies.

N’oubliez pas de lancer une demande de devis en cliquant sur le lien si dessous. Il suffit de remplir un petit questionnaire pour avoir accès aux mutuelles les plus adaptées à votre recherche. C’est simple, efficace et surtout gratuit. Vous pourrez ainsi comparer les prix de 5 mutuelles en quelques secondes au travers de produit d’assurance qui correspondent à vos besoins. C’est réellement le meilleur moyen de trouver une mutuelle performante adaptée à votre budget.